Théophile Gautier, Monographie du bourgeois parisien

Ce texte paru d'abord en deux livraisons dans la Revue du XIXe siècle, les 25 septembre et 2 octobre 18361, avant d'être recueilli en 1866 dans la deuxième édition de La Peau de tigre. Gautier s'y essaye au genre de la physiologie, portrait pseudo-scientifique d'un type social ou d'une pratique en vogue.

L'Homme des champs n'est pas directement nommé, mais Gautier raille le texte à mots couverts, alors qu'il fait de Delille un symbole du goût bourgeois.

D'après Gautier, la traduction des Géorgiques par Delille et ses Trois Règnes de la nature forment deux composantes obligées de la bibliothèque du bourgeois parisien. Ce dernier range ces œuvres sur son “quatrième rayon”, entre “la Cuisinière bourgeoise, le Parfait Jardinier, la Maison rurale, l’Almanach des Grâces, la Biographie des chiens célèbres [et] le Manuel de l’éleveur de serins, ouvrage qui lui a donné des idées pour l’éducation de ses enfants2“ ! Et si, comble de mépris, cette section de la bibliothèque sert surtout à cacher les livres plus coquins que préfère le chef de famille, il est certain que la maisonnée a bien lu Delille. En effet, détail assassin, le meuble est surmonté par la dépouille empaillée “du petit chien Milord, les défuntes amours de Madame3”, allusion transparente à la fin du chant 3 de L’Homme des champs, où Delille associe ce type de mémento aux charmes de l’histoire naturelle et conseille : si “un chien, ami fidèle, / A distrait vos chagrins, […] Que dans votre Élysée avec grace il repose”, grâce aux soins d'un taxidermiste.


Vers concernés : chant 3, vers 627-632.

  • Accès à la numérisation du texte : HathiTrust.

Auteur de la page — Hugues Marchal 2017/02/27 12:00


1 La revue n'étant pas accessible en ligne, cette première édition fait l'objet d'une fiche de simple rappel.
2 Théophile Gautier, “Monographie du bourgeois parisien” (1836), La Peau de tigre (2e éd., 1862), Paris, Michel Lévy, 1866, p. 257.
3 Id., p. 260.