Dufour, “William Windham et Pierre Martel. Relations de leurs voyages…" (L'Écho des Alpes)

Bulletin d'une association alpine suisse, L'Écho des Alpes accueille en 1879 une étude de Théophile Dufour sur deux récits de voyage à Chamonix, datés des années 1740, qu'il considère comme les plus anciens textes de ce type produits par des touristes1.

Dans les ultimes lignes de son introduction aux deux récits, Dufour insiste sur la valeur “historique” – et non plus actuelle – des deux récits, et il cite à cette occasion des vers de Delille comme une autre trace d'un état ancien des mentalités :

Accompagner [ces] relations de notes rectificatives eût été superflu, et l'on ne doit pas oublier qu'elles sont publiées ici à titre de documents historiques. Il suffira de rappeler que Windham, dans son récit, ne mentionne pas le Mont-Blanc : l'ascension dont il raconte les péripéties est celle du Montanvert, de ce Montanvert que soixante ans plus tard l'abbé Delille trouvait encore si terrible,5 mais qui ne compte plus aujourd'hui pour les touristes sérieux.

5 Salut, pompeux Jura, terrible Montanvert !
De neiges, de glaçons entassements énormes,
Du temple des frimas colonnades informes, etc.
(L'homme des champs, ch. III2).

Vers concernés : chant 3, vers 342-344.

Les différentes livraisons poursuivant ce travail ont été réunies la même année par Dufour en un volume autonome.


Auteur de la page — Hugues Marchal 2019/06/18 14:25


1 Th. Dufour, “William Windham et Pierre Martel. Relations de leurs voyages aux glaciers de Chamonix (1741-1742)”, L'Écho des Alpes, 1879, n° 1, p. 19-35.
2 Id., p. 35.